Instagram

Follow Me!

Art & Culture

Rencontre avec Nawell Madani la tornade belge – Interview La Fille à l’envers

13 décembre 2016

Gagne 4 x 2 places pour voir Nawell Madani sur scène au Théâtre Gally. Rendez -vous en bas de l’article.

Nawell Madani, un accent un peu belge, une visage de star de ciné, quelques pas de Hip hop et un humour qui rassemble… Un passage au Jamel Comedy Club, au grand Journal de canal +, un spectacle « C’est moi la plus belge »  vu par plus de 120 000 personnes à travers la France, une tournée avec des petites salles, des zénith, 3 Olympia…Belle réussite pour cette nana qui se voyait danseuse.

 « Si on rit ensemble, alors on peut vivre ensemble », voilà comment elle voit la vie Nawell. Une phrase qui invite à la tolérance. Dans son spectacle, elle parle de ses origines, de sa culture et des ses coutumes avec rire et pertinence. Nawell Madani te reçoit en salopette de costume et noeud pap’ pour te parler de son enfance dans une famille maghrébine, de la vie de couple, des femmes, et même des films porno belges… un programme haut en couleur !!. Un spectacle autobiographique rythmé et envolé. Un show entre sketches, danse et musique. Un premier one woman show écrit avec talent et mis en scène en collaboration avec Ali Bougheraba.

Pour ne pas manquer ce phénomène La Fille à l’envers te fait gagner 4 x 2  places. Pour participer like la page Facebook La Fille à l’envers et laisse un commentaire sous l’article sur la page Facebook la Fille à l’envers en taguant le nom de la personne qui t’accompagnera. Bonne chance !!! (résultat Jeudi matin)

nawell madani

Interview Nawell Madani par La Fille à l’envers

la Fille à l’envers: Tu as remporté le Globe de Cristal du meilleur one man show l’année dernière. Bravo !! On ressent quoi à ce moment là ?

Nawell Madani: Je ne m’y attendais absolument pas. j’étais déjà tellement heureuse d’être nommée aux côtés de Gad Elmaleh, Florence Foresti, Gaspard proust,… C’est plus de 3000 journalistes sélectionnés qui votaient, ça prouvait que leur soutien était vrai. Ca m’a fait chaud au coeur. Vraiment heureuse, et ça donne de l’espoir… Tout est possible. 

La Fille à l’envers: On connait ta première passion pour la danse, alors comment es-tu arrivée sur le Jamel Comedy Club ?

Nawell Madani: J’ai toujours rêvé d’être comédienne. Mais j’ai enfoui ce rêve, je ne m’identifiais à aucune humoriste féminine, alors je pensais pas que cela soit possible.  J’ai pris des cours avec un coach d’acteurs qui m’a dit monte sur scène. je suis allée voir un ami qui faisait du Stand Up, et je me suis dit, voilà c’est ça que je veux faire. Je suis rentrée, j’ai écris mon premier sketch sur du vécu, tout est allé très vite…3 mois après j’étais sur scène.

La Fille à l’envers: Depuis 2014 tu cartonnes avec ton spectacle « C’est moi la plus belge ». Un spectacle qui évolue avec la tournée. Elles te viennent d’où tes dernières inspirations ?

Nawell Madani: Tu sais l’inspiration, c’est quand je monte sur scène, je me mets en danger à chaque fois. Mon spectacle dure 2h20, j’aime tester des choses spontanément. Si ça marche tant mieux, sinon j’ai le temps de récupérer le public en 2h20. 

La Fille à l’envers: Tu es une femme à double facette. Un côté femme fatale – tu es très belle – et un côté garçon manqué, qui prend le dessus ? 

Nawell Madani: Tu dirais pas ça si tu me voyais tous les jours. je suis très simple. En ce moment, je ne me trouve vraiment pas jolie. Je suis fatiguée, cernée, je travaille beaucoup sur le montage mon premier film. Et puis en plus, l’hiver je suis jaune avec un petit côté gris à la Michael Jackson. Passé 30 ans, tu ne te regardes plus tout le temps, ce qui compte c’est ce que tu fais. Mais au départ j’ai du prouver deux fois plus. Maintenant que j’ai prouvé et que j’ai bossé, je peux me permettre d’arriver sur scène en talons, de poster des selfies,…  Une fois que l’on sait ce que tu vaux, tu peux te permettre… C’est un peu comme avec les mecs, tu peux te lâcher mais après. 

La Fille à l’envers: A partir de quand tu t’es sentie à ta place, en te disant, « voilà, ça sera ça ma vie ! » ?

Nawell Madani: Quand je suis montée sur scène pour la première fois… Au Pranzo en janvier 2011. C’était évident. Une sensation dingue, personne peut comprendre cette alchimie ressentie. je me suis sentie comme un super-héros, j’avais le pouvoir de faire rire quand je voulais. 

La Fille à l’envers: Tu es très franche, tu ne t’interdis rien. Elle est comme ça Nawell dans la vrai vie, sans peur ni tabou ?

Nawell Madani: Ah oui tellement, mais ça pose beaucoup de problème, vraiment. c’est pas toujours facile d’être très franche, mais c’est ma nature. je ne sais pas faire semblant. 

La Fille à l’envers: Niveau actu, on te retrouve bientôt au cinéma avec ton premier film « Cest tout pour moi », qui rappelle l’histoire d’une provinciale qui veut conquérir Paris. Ca me rappelle quelqu’un …

Nawell Madani: Oui c’est inspiré de mon histoire mais c’est aussi romancé. J’avais pas envie de faire une psychanalyse alors j’ai fait un film !! 

La Fille à l’envers: Pourquoi François Berléand comme acteur ? 

Nawell Madani: Parce qu’il a une tête de gentil, mais il y a quand même une ambivalence, tu sais qu’il a l’air gentil mais il faut faire attention… Je voyais en lui un pygmalion à la Clint Eastwood dans « Million dollar baby ». Tu sais que ça ne va pas être facile, qu’il va falloir le gagner. De plus, il a l’âge qui symbolise le côté maître Yoda. (Le film sera à l’affiche le 26 Avril prochain). 

La Fille à L’envers: Spectacle, ciné, et même égérie. tu peux me parler de la marque Erebya.

Nawell Madani: Erebya, c’est la marque de vêtements de ma soeur. Tout à commencé en sortie de scène… J’étais transpirante et j’enfilais toujours une grosse doudoune pour ne pas prendre froid. Quand j’ ai été taguée sur quelques photos d’après spectacle je me suis dis que je n’avais aucun style. Ma soeur m’a fait un gilet, puis un autre… On commençait à me demander quel était la marque de mes vêtements. On a dessiné quelques pièces et la marque est née. Je participe au choix des tissus, … C’est une véritable bouffée d’oxygène pour moi. On travaille en famille, on voyage entre soeurs. C’est un vrai kiff de partager ça. Un pur moment de bonheur fraternel.

La Fille à l’envers: Dans ton spectacle tu parles de religion, de tes origines et de ta double culture. Je me souviens d’une phrase où tu dis « Si on peut rire ensemble alors on peut vivre ensemble ». En tant que musulmane connue et reconnue c’est important de faire passer ce message ?

Nawell Madani: L’important, c’est de réussir un pont entre ma culture et le reste du monde. C’est un spectacle fédérateur. On oublie d’où on vient, on est de la même famille quand on parle couple, homosexualité, textos, … On est tous pareil, on se ressemble, il n’y a plus de religion, on s’identifie simplement. Je fais ce que je ressens, je ne suis pas un porte étendard, je veux juste vivre en paix. J’ai grandi en mangeant, des nems, du poulet mafé, et du couscous, et aujourd’hui on ne voudrait plus que je ne mange que du couscous. Oui je suis d’origine algérienne, mais je suis née en Belgique, j’ai grandi là-bas, j’ai fait des formations aux USA, et ça fait 12 ans que je travaille en France.

La Fille à l’envers: Il est 20h24, quelle dernière question aimerais-tu que je te pose ?

Nawell Madani: Tu vas faire quoi ce soir ? A quelle heure vas-tu te coucher La Fille à l’envers ?

La Fille à l’envers: Je vais me coucher tard… Terminer ton article pour le publier demain matin. Je vais répondre à mes mails en mangeant une soupe et je vais… m’épiler lol !  

Nawell Madani: Je ne m’épile même plus moi… Je reprendrai en mars 2017 avec l’arrivée des beaux jours… je suis sur le montage de mon film, je vais me coucher tard aussi… 

Nawell Madani « C’est moi la plus belge !  » Jeudi 15 Décembre à 20h00 au Théâtre Gally – 1 Avenue Raoul Henry, 83110 SANARY-SUR-MER (Tarif: 40 euros // Billetterie en ligne ici)

nawell madani egerie erebya

Leave a Reply

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.